FAAAM : Femmes Auteurs Anglo-AMéricaines




Qui Sommes Nous ?




Séminaires




Colloques




Publications




Liens




Espace privé
[ en fr ]

Les réécritures du Canon dans la littérature féminine de langue anglaise

Le groupe de recherche FAAAM,
dans le cadre du travail du CREA (EA 370) sur le thème « Singulier/Pluriel(s) »

Responsables : Claire Bazin (domaine anglais) et Marie-Claude Perrin-Chenour (domaine américain)

Université Paris X-Nanterre : RER A – station : Nanterre-Université


Texte de cadrage :

Dans son essai désormais célèbre : « When We Dead Awaken : Writing as Re-Vision », Adrienne Rich écrivait en 1971 : « Re-vision – the act of looking back, of seeing with fresh eyes, of entering an old text from a new critical direction – is for women more than a chapter in cultural history : it is an act of survival”. Dans ce même pamphlet, elle envisageait la réécriture du Canon de la littérature comme une rupture nécessaire avec le passé (“we need to know the writing of the past, and know it differently than we have ever known it ; not to pass on a tradition but to break its hold over us.”). Rich se référait ici à une longue tradition de textes masculins qu’elle s’était elle-même employée à « ré-viser » dans ses poèmes reprenant par exemple, sous forme de commentaires métatextuels critiques, les oeuvres connues de Yeats, Wordsworth ou William Blake. Pour elle, la « ré-vision » n’était pas une simple « transposition » ou « permutation de textes » (pour reprendre les formules par lesquelles Julia Kristeva tentait de définir l’intertextualité dans La Révolution du langage poétique ou dans Séméiotikè). Il ne s’agissait pas non plus d’une activité purement ludique de type postmoderne. Sans rien céder aux recherches formelles, Rich voyait, d’abord et avant tout, la réécriture comme un acte politique. Depuis les années 70, d’autres femmes-écrivains se sont lancées dans cette entreprise de relecture, de réinterprétation et d’adaptation des textes canoniques – en Grande-Bretagne (avec, en particulier, Angela Carter) et aux Etats-Unis où les auteures des minorités se plaisent à jouer avec une double tradition littéraire (masculine et occidentale) pour lui opposer leur propre double discours (féminin et « ethniques ») dans une visée à la fois esthétique et politique, leur pratique de l’écriture décalée du "master’s discourse" rejoignant l’art afro-américain du « Signifying ».

On essaiera d’envisager ici, par le biais d’analyses minutieuses de textes féminins, les différentes modalités de ces réécritures, les relations précises qu’elles établissent entre l’hypertexte et l’hypotexte et sur quels registres celles-ci fonctionnent. On se demandera par ailleurs si, comme pour Rich, ces réécritures impliquent nécessairement une rupture avec un ordre ancien ou si, dans certains cas, elles s’inscrivent dans un rapport de continuité.

Programme

VENDREDI 1er JUIN

(Salle des colloques – rez-de-chaussée du bâtiment K)

- 9h 15 : Accueil et introduction par Emily Eells, directrice du CREA

9h 30 -10h30 : Conférence plénière de Jack Zipes
Professeur à l’Université du Minnesota [1]
“And Nobody Lives Happily Ever After : The Feminist Fairy Tale after Fighting Forty Years for Survival”

- 10h30 -11h : Pause

11h-12h30 : ATELIERS en parallèle (anglais et américain) :

ANGLAIS (salle des colloques) : chef d’atelier : Claire Bazin

- 11h-11h30 : Anne Chassagnol (Université Paris X-Nanterre) : « Pages d’écriture, art de la réécriture : le conte lu, vu, relu et revu par R. Doyle (1824-1883) »
- 11h30-12h : Laurence Talairach (Université Toulouse-le-Mirail) : “Weaving the Threads of the Tapestry : Storyspinning in Mrs Molesworth’s The Tapestry Room (1877)”
- 12h-12h30 : Eva Loechner (Université Paris III) : « La réécriture de la romance chez George Eliot : l’exemple de Silas Marner »

AMERICAIN (salle K 202) : chef d’atelier : Marie-Claude Perrin-Chenour

- 11h-11h30 : Anne-Laure François (Université Lille III) : « ‘Lively, simple books are very much needed for girls, and perhaps I can supply the need’ : (ré)écriture du canon littéraire enfantin dans l’oeuvre de Louisa May Alcott »
- 11h30-12h : Caroline Guény (Université Paris VIII) : « Ethan Frome et ‘la grande Bretèche’ : Wharton réécrivant Balzac »
- 12h-12h30 : Brigitte Zaugg (Université de Metz) : “Revamping the Heroine of Plantation Fiction : Ellen Glasgow’s and Margaret Mitchell’s strategies in Barren Ground and Gone with the Wind

- 12h30-14h : déjeuner/Buffet
(Bâtiment K)

- 14h-17 : ATELIERS en parallèle (anglais et américain)  :

ANGLAIS (salle des colloques) : chef d’atelier : Claire Bazin

- 14h-14h30 : Caroline Marie (Université Paris VIII) : « Orlando : or The Enigma of the Sexes d’Angela Carter : pourquoi réécrire Orlando : A Biography de Virginia Woolf »
- 14h30-15h : Julie Sauvage (Université de Reims) : “Re-membering Fairy Tales in Angela Carter’s The Bloody Chamber
- 15h-15h30 : Lydia Martin (Université d’Aix-en-Provence) : « The Piano de Jane Campion : le motif de Barbe Bleue ou la re-naissance d’une voix féminine »

AMERICAIN (salle K 202) : chef d’atelier : Marie-Claude Perrin-Chenour

- 14h-14h30 : Nicole Ollier (Université Bordeaux III) : « Eudora Welty : Circé, divine amoureuse, ou la magie à l’épreuve du masculin »
- 14h30-15h : Elisabeth Lamothe (Université Versailles-Saint-Quentin) : « ‘Faithful Princesses and Mischievous Fairies’ : les contes pour enfants, premiers écrits de Katherine Anne Porter »
- 15h-15h30 : Gérald Préher (Université Versailles Saint-Quentin) : « ‘I think it’s fair to say that everything a writer hears or reads is potentially an influence’ : de l’hypotexte à l’intertexte dans la fiction de Shirley Ann Grau. »

- 15h30-16h : Pause

ANGLAIS (salle des colloques) : chef d’atelier : Claire Bazin
- 16h-16h30 : Armelle Parey (Université de Caen) : “Kate Atkinson : Rewriting Fairy Tales in Human Croquet (1997) ”
- 16h30-17h : Monica Girard (Université Nancy II) : “‘And they Lived Happily Ever After’ : Wintersonian Variations on Marital Bliss in Sexing the Cherry

AMERICAIN (salle K 202) : chef d’atelier : Marie-Claude Perrin-Chenour
- 16h-16h30 : Marie Mas (Université Grenoble III) : « Re-création des genres dans la poésie d’Elizabeth Bishop »
- 16h30-17h : Laure de Nervaux (Université Paris XII) : « ‘That Story’ : Les métamorphoses du récit dans Transformations d’Anne Sexton »

SAMEDI 2 JUIN

(Salle des Conseils – rez-de-chaussée du bâtiment B)

Matin : ANGLAIS

- 9h30-10h : Helen Mundler (Université Paris XII) : “Time to Murder and Create ? The Bible as Intertext in A.S. Byatt’s Elementals : Stories of Fire and Ice
- 10h-10h30 : Grazia Ghellini (Université de Nîmes) : “ ‘Vivam !’ Heraclitean Change and Vitalism in Marina Warner’s The Leto Bundle

- 10h30-11h : Pause

- 11h-11h30 : Isabelle Roblin (Université du littoral – Côte d’Opale) : “Emma Tennant’s Heathcliff’s Tale : or, is it ?” (2005)
- 11h30-12h : Marie-Lise Paoli (Université Bordeaux III) : « Négociations avec l’autorité : l’Odyssée selon Margaret Atwood »

- 12h-13h30 : Déjeuner/Buffet

Après-midi : AMERICAIN

- 13h30-14h : Isabelle Van Peteghem (CPGE Angers/Paris III) : « Révolte et libération textuelles dans The Color Purple d’Alice Walker »
- 14h-14h30 : Christopher Robinson (HEC/Université Paris X-Nanterre) : “The Witch, the Step-Mother and the Dragon-Child : Ursula K. Le Guin’s Re-visioning of Fantasy”

- 14h30-15h : Pause

- 15h-15h30 : Lorine Grimaud (CPGE Angers/Université Paris X-Nanterre – littérature et Poétique comparées) : « De la ‘chair fraîche’ à la chair-texte. Joyce Carol Oates, Beasts : Gillian ou une réécriture contemporaine de la figure du poucet »
- 16h-16h30 : Aristie Trendel (Université Montpellier I) : “Rikki Ducornet revisits Hawthorne : The Stain or a Time for ‘Sexts’”


[1Jack Zipes, auteur de nombreux ouvrages sur les contes de fées et leurs réécritures, parmi lesquels : Breaking the Magic Spell : Radical Theories of Folk and Fairy Tales (1979) ; Fairy Tales and the Art of Subversion (1983) ; The Trials and Tribulations of Little Red Riding Hood (1983) ; Don’t Bet on the Prince : Contemporary Feminist Fairy Tales in North America and England (1986) ; Happily Ever After : Fairy Tales, Children and the Culture Industry (1997) ; The Oxford Companion to Fairy Tales (2003) ; Hans Christian Andersen : The Misunderstood Storyteller (2005) ; The Norton Anthology of Children’s Literature (2005) ; Why Fairy Tales Stick : The Evolution and Relevance of a Genre (2006) etc.




Who are we?




Meetings




Annual Conferences




Publications




Links



Site réalisé avec SPIP
contact - webmaster - index